13 mars 2020

Témoignage de Nathalie Breton, Directrice des ressources humaines de Feu Vert

Journée Internationale des droits des Femmes 2020

Elles sont Leader Atelier, Responsable Commerce, Directrice de centre auto, Directrice Opérationnelle, Directrice des ressources humaines … A l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, Feu Vert met à l’honneur ses expertes !

Un jour, Une experte : découvrez le témoignage de Nathalie Breton, Directrice des ressources humaines de Feu Vert.

Nathalie Breton

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis titulaire d’un double master en droit social et droit des affaires. J’ai commencé ma carrière en tant que Juriste Assistante de Justice à la Chambre Sociale de la Cour d’Appel de Lyon. En 1997, j’intègre le groupe Casino en tant que Juriste Contentieux Social chez Leader Price/Franprix puis, 9 ans plus tard, je deviens Responsable du Pôle Juridique et Social à Keolis Lyon. J’évolue vers des fonctions RH en 2010 en devenant tout d’abord Responsable ressources humaines puis Directrice des ressources humaines et du Projet Entreprise des différentes filiales du groupe Keolis. Enfin, c’est en 2018 que je deviens Directrice des ressources humaines de Feu Vert France.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

C’est un métier passionnant et exigeant. Le ou la DRH est devenu un vrai business partner au cœur de la stratégie d’entreprise dont le rôle est d’accompagner les évolutions d’organisation et de conseiller tant les managers que les collaborateurs.
Les ressources humaines représentent désormais une activité indispensable qui influence toute l’entreprise (performance, bien-être, motivation…). C’est une fonction stratégique et transverse, en relation avec tous les services.
J’apprécie aussi particulièrement de faire évoluer les collaborateurs en interne et développer leurs compétences, détecter les potentiels et les inscrire dans la réussite, trouver les solutions et débloquer les situations en cas de différend en essayant de faire preuve de souplesse et d’écoute.
C’est un métier qui permet de combiner stratégie et opérationnalité et j’ai ainsi à cœur, même sur des fonctions de DRH France, de rester au contact du terrain, des salariés et du middle management (management intermédiaire entre le management de la direction générale et le management de proximité NDLR).

Qu’aimez-vous faire pendant votre temps libre ?

J’aime profiter de la nature au travers de différentes activités sportives (VTT, trail ou randonnée) sans oublier la randonnée immobile… plus contemplative !
Je suis adepte des voyages sportifs en pleine nature (découvrir différents pays à pied et en vélo). J’aime profiter et m’occuper de mes animaux, ainsi que la littérature.

Quels sont les sujets RH qui vous préoccupent le plus aujourd’hui ?

Il faut soutenir et accompagner l’évolution de l’entreprise, notamment par la mise en place d’une culture favorisant l’innovation et l’agilité. Sans oublier le développement des compétences et le renforcement de l’attractivité de notre marque employeur, enjeu essentiel pour dynamiser l’entreprise. Il faut aussi attirer, retenir et engager les collaborateurs, notamment par la mise en place d’une gestion des emplois et des parcours professionnels. Il est important de répondre aux nouvelles attentes des collaborateurs en matière de qualité de vie au travail et d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, sans oublier la quête de sens. Enfin, nous devons partager la valeur ajoutée avec une offre d’épargne salariale attractive.

Comment abordez-vous les questions de mixité au sein de Feu Vert ?

Nous ouvrons le champ des possibles aux femmes sur les métiers dits masculins comme à l’atelier, par de la communication positive dans les établissements scolaires, par le recrutement de figures féminines inspirantes aux plus hauts niveaux de la hiérarchie, et en formant des femmes qui ont le profil mais pas encore les compétences techniques. Dans tous les cas, les recruteurs et les managers sont sensibilisés à cette question. Nous procédons de même dans les métiers traditionnellement plus féminisés, en essayant de recruter des hommes pour une meilleure mixité. Comme à la Direction des ressources humaines par exemple.

Comment faire, à votre avis, pour attirer les femmes vers les formations et les métiers de l’automobile ?

Au-delà des réponses précédentes, il faut des figures féminines inspirantes qui ouvrent la voie, ainsi qu’un coaching de femmes mentores présentes dans l’entreprise.